Les instituteurs

On recrute dans l’Instruction Publique :

En cette période de rentrée scolaire, comment ne pas parler de ces chers instituteurs et institutrices qui nous ont patiemment appris les secrets des bases de notre éducation scolaire : la lecture et le calcul ! Par le passé la gent masculine de ce noble métier a plusieurs fois été sollicité pour défendre notre patrie dans les périodes de guerre ou effectuer leur service national. Le pays s’est retrouvé dépourvu non seulement de main d’œuvre mais également de nos précieux enseignants et des recrutements par concours d’instituteurs auxiliaires étaient organisés pour combler le déficit comme le fait apparaitre l’annonce ci-dessous parue dans l’Ouest-Eclair du 25 mars 1915 pour un recrutement sur Vannes (Morbihan) :

« VANNES - LE RECRUTEMENT DES INSTITUTEURS AUXILIAIRES. – Plusieurs journaux de la région ont indiqué le département du Morbihan comme étant dépourvu d’instituteurs, et de nombreuses demandes d’emploi, auxquelles il est impossible de donner suite, arrivent chaque jour à l’inspection académique.

Le personnel est au complet dans le département ; s’il y a lieu notamment de recourir à la désignation de nouveaux suppléants et suppléantes pendant la durée de la guerre pour combler les vides causés par les nouveaux appels de mobilisés et l’incorporation de la classe 1916, un concours pour le recrutement des auxiliaires hommes et femmes aura lieu dans le Morbihan le vendredi 9 avril.

Les inscriptions seront reçues à l’inspection académique de Vannes, jusqu’au 2 avril, dernier délai.

Peuvent solliciter leur inscription, les candidats pourvus du brevet élémentaire et remplissant les conditions d’âge (18 ans pour les instituteurs, 17 ans pour les institutrices), qu’ils se soient ou non présentés aux concours antérieurs.

Les postulants qui ont déjà subi un examen médical au dernier concours, seront dispensés d’une nouvelle visite.

Enfin, il est rappelé que nul ne saurait être nommé suppléant même temporairement pendant la guerre, quels que soient ses titres (B.S., diplôme de fin d’études, baccalauréat, etc.), sans avoir satisfait aux épreuves du concours. »

 Comme on peut le voir sur cette annonce le seul diplôme exigé à l’inscription de ce concours était, à cette époque le brevet élémentaire et l’âge minimum 17 ans pour les femmes et 18 ans pour les hommes.

Sous cette annonce figure les noms de quelques fonctionnaires émérites exerçant sur le Morbihan auxquels M. le Ministre de l’Instruction Publique a décerné une médaille pour récompenser leur ancienneté au sein de cette administration.

 « RECOMPENSE HONORIFIQUE – Par arrêté du 2 mars 1915, M. le Ministre de l’Instruction Publique a décerné la médaille d’argent à MM. Lhermitte, instituteur à Sauzon ; Dinic, instituteur à Locminé ; Mmes Javelot, institutrice à Guer, et Hervé, institutrice à Hennebont.

Une mention honorable est décernée à Mme Jaury, institutrice détachée au collège Jules Simon, à Vannes. »

 Malgré les diverses réformes de l’Instruction Publique puis de l’Éducation Nationale, le métier d’instituteur conserve toujours les mêmes vocations et objectifs premiers : " Apprendre à lire, écrire et compter."